Espace presse

COMMUNIQUE DE PRESSE - La Propreté grande oubliée de la réforme du chômage partiel

COMMUNIQUE DE PRESSE - La Propreté grande oubliée de la réforme du chômage partiel

Durant la crise, près de 90% des entreprises de propreté n’ont eu d’autre choix que d’opter pour le chômage partiel en raison de la fermeture des sites clients et de la suspension de leur contrat avec leurs donneurs d’ordre.

Une casse sociale inédite se dessine dans les entreprises de propreté spécialisées en hôtellerie ou ayant une part importante d’activité dans les hôtels.
Durant la crise, près de 90% des entreprises de propreté n’ont eu d’autre choix que d’opter pour le chômage partiel en raison de la fermeture des sites clients et de la suspension de leur contrat avec leurs donneurs d’ordre.
Ce sont près de 10 000 emplois qui sont menacés si les pouvoirs publics ne maintiennent pas la continuité de la prise en charge à 100% de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées au moins jusqu’en septembre 2020. En l’état, la propreté ne figure pas dans la liste du futur décret proposé par le gouvernement des secteurs connexes bénéficiant également du maintien à taux plein.

Il est incompréhensible et incohérent d’expliquer que les entreprises prestataires telles que la blanchisserie et la teinturerie de gros figurent, à juste titre, parmi les secteurs bénéficiaires alors-même que la propreté, principal sous-traitant du secteur hôtelier, partenaire essentiel et stratégique des plus de 17 000 hôtels en France, soit totalement absente du dispositif prévu par l’Etat ?
N’oublions pas que nos métiers de l’ombre ont démontré toute leur importance pendant la crise sanitaire dans certaines missions indispensables.

La Fédération des entreprises de propreté et services Associés (FEP) n’imagine pas que le Gouvernement abandonne des centaines d’entreprises spécialisées dans la propreté hôtelière ainsi que des milliers d’emplois directement menacés alors même que la branche de la propreté a été en première ligne durant la crise pour combattre le virus dans les transports, les écoles, les hôpitaux et les entreprises pour préparer le déconfinement et assurer la continuité économique.

Aussi, la FEP enjoint le Gouvernement à prendre toutes mesures réglementaires nécessaires pour inclure parmi les secteurs connexes de l’hôtellerie, les entreprises de propreté dans l’attente d’une aide salutaire à leur survie et à la pérennité de l’emploi.