Espace presse

Impact du COVID-19 pour les entreprises de propreté : des résultats de l’enquête qui interpellent !

Impact du COVID-19 pour les entreprises de propreté : des résultats de l’enquête qui interpellent !

Pour faire face à la crise sanitaire inédite du COVID-19, les entreprises de propreté interviennent chaque jour dans des lieux, encore en activité, susceptibles d’être des foyers de propagation du virus, en particulier dans la santé (hôpitaux, cliniques, EHPAD etc.), les transports (métro, gares, trains), la distribution et les commerces, les parties communes d’immeuble, l’industrie ou les institutions (ministères, administrations, collectivités…). 

En raison de la nature de l’activité, territorialisée, en continu et se déroulant chez le client, les 12.000 entreprises de propreté qui regroupent plus de 550.000 emplois sont particulièrement impactées par les fermetures de sites liés au confinement. Pour évaluer avec plus de précision l’ampleur de l’impact économique, la Fédération des Entreprises de Propreté et services associés (FEP) a lancé une vaste enquête auprès des entreprises dont les principaux résultats montrent l’ampleur de la secousse ressentie par la profession. 

Toute d’abord, les résultats de l’étude mettent en lumière une perte moyenne de chiffre d’affaires de + 50% avec des variations selon les segments de marché et une baisse d’activité de 61% pour le tertiaire, principal segment de marché. Les entreprises réalisant la moitié ou plus de leur chiffre d’affaires dans les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie et des commerces en général sont les plus touchées par la crise, du fait de la cessation d’activité totale ou partielle. Pour 70% de nos entreprises, c’est un manque à gagner irrattrapable alors que seulement 6% des entreprises sont certaines d’avoir une trésorerie suffisante pour faire face à la période de crise. L’impact social est lui aussi considérable avec 9 entreprises sur 10 qui ont recours au chômage partiel. 

Essentiel dans la stratégie nationale de lutte contre la propagation du COVID-19, 80% d’entre-elles rencontrent des difficultés pour s’approvisionner en matériel de protection (masques, surblouses, surchaussures, gants), faisant écho à la saisine de la FEP auprès du gouvernement et de sa lettre ouverte du 23 mars 2020. Le reste à charge et les surcoûts générés par les contraintes sanitaires, pèsent dans les comptes d’exploitation de nos entreprises. 

Cette enquête souligner que notre secteur constitue un maillon clé dans la lutte active contre la propagation du virus mais aussi dans l’anticipation de la reprise d’activité post-confinement pour l’ensemble du monde économique et social. Bien que la propreté ne soit pas encore considérée comme essentiel aux yeux des pouvoirs publics, la pérennité de ces entreprises se trouve fortement menacée par les répercussions économiques de la crise. Il est donc indispensable que les entreprises de la propreté bénéficient de toutes les mesures et aides annoncées par l’Etat pour leur permettre d’assurer aujourd’hui comme demain leur mission essentielle pour l’hygiène et la santé de tous. La Fédération va par ailleurs publier prochainement des propositions à court, moyen et long terme à destination des pouvoirs publics notamment pour assurer la pérennité de ces entreprises et emplois utiles à tous.

La FEP invite tous les clients privés et publics à se rapprocher de leur entreprise de propreté habituelle pour anticiper et prendre les mesures de nettoyage et de désinfection nécessaires en vue de la levée progressive du déconfinement et d’accueillir ainsi leurs collaborateurs, clients et usagers dans des espaces sécurisés. Pour rappel, un guide de bonnes pratiques face au COVID-19 est disponible et permet notamment d’identifier les consignes et conditions nécessaires à mettre en place.