Interview de la députée corinne vignon. "propreté : une belle intégration professionnelle et sociale !"

Interview de la Députée Corinne VIGNON. "Propreté : une belle intégration professionnelle et sociale !"

Dans le dernier numéro de la revue Services (N° 262) de mars-avril 2019, la Députée de Haute-Garonne Corinne VIGNON (LREM) revient sur sa rencontre avec la FEP et nous livre sa vision du Grand Débat National et des 27 propositions de la branche propreté.


Le 15 mars 2019, vous êtes venue à la rencontre des apprentis de la Branche. Que vous ont inspiré ces échanges ?

J’exerce mon mandat de députée en poursuivant un objectif clair : être à l’écoute de mes concitoyens, être au plus près des problématiques du terrain. Venir à la rencontre des apprentis était une évidence car l’apprentissage est une formidable voie, je dirai même un outil incontournable, pour les jeunes en situation de décrochage. Je connais personnellement ce problème, j’y suis très sensible. Aujourd’hui, le décrochage touche près de 100 000 jeunes/an, sortis prématuré- ment du système scolaire sans qualification. Leur offrir une occasion de s’insérer autre- ment que par les études dans le monde du travail est une chance. Au cours de ma visite et de nos échanges, il est apparu évident que la FEP contribue avec succès à intégrer professionnellement et socialement un nombre important de ces jeunes adultes dans notre société et à améliorer leur existence. J’ai touché du doigt leur motivation, motivation due à la qualité des équipes éducatives et de direction. En tant qu’élue, je ne peux qu’être satisfaite de constater que votre branche participe à l’insertion professionnelle mais aussi à l’élévation sociale des apprentis. Quelques années après leur entrée dans le monde de l’emploi, un nombre important d’entre eux aura des postes à responsabilité. Votre branche est une de celles dans laquelle la promotion par le goût du travail et de l’effort est particulièrement effective. Je tiens à vous en féliciter très sincèrement.

De quelle manière avez-vous participé au Grand Débat national ?

Je rencontre régulièrement les citoyens de ma circonscription lors des permanences organisées en mairie notamment. Ces échanges de proximité, que j’ai instaurés dès le début de mon mandat, nourrissent quotidiennement mon travail de parlementaire. Certains Français vivent des situations parfois difficiles. Il était important que toutes les remarques et propositions soient entendues et relayées dans le cadre du Grand Débat. Ces rencontres ont été une première source d’information. J’ai également organisé sur ma circonscription deux grands débats, le 7 février et le 15 mars dernier. Chacun d’eux a fait l’objet d’un compte rendu, transmis à la Mission du Grand Débat. En tant que parlementaire, je me réjouis que les Français se soient appropriés ces moments d’échanges. Les propositions, très concrètes, traduisent une volonté de changement et d’amélioration systémique que nous devons entendre.

Dans le cadre de cette consultation, la FEP a avancé ses 27 propositions. Quel regard portez-vous sur ces contributions ?

Je tiens à souligner qu’un nombre important de contributions de la FEP se distinguent par leur qualité. Une d’entre elles a particulièrement attiré mon attention, celle de maintenir, sur la durée, les allègements de charges. Elle correspond à notre volonté de mettre en place un environnement économique favorable à la sauve- garde et la création d’emplois. Cet environnement favorable permettra de préserver et de protéger la puissance économique de nos entreprises. L’un des objectifs de ce quinquennat est, outre l’augmentation du pouvoir d’achat des Français, de favoriser le retour à l’emploi de millions de nos concitoyens. En conséquence, je pense que cette contribution est d’une justesse toute particulière et je vous en remercie.