Espace presse

La branche propreté engagée contre l'illettrisme

La branche propreté engagée contre l'illettrisme

La branche propreté s’associe, du 8 au 15 septembre prochain, aux prochaines Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme organisées par l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI). Mobilisée depuis près de 20 ans, la branche professionnelle rappelle son engagement en faveur de la maîtrise de la langue.
Le constat est sans appel : en France, 2,5 millions de personnes, 7% de la population âgée de 16 à 65 ans, ne maitrisent pas les bases nécessaires en lecture, écriture et calcul.
 
De fait, la branche Propreté poursuit son engagement élaboré dès 1999 avec une formation aux écrits professionnels pour les salariés, devenue une certification en 2012 avant de rejoindre le dispositif national CléA en 2014. Selon Max Massa, Président de la FEP, « notre branche est la première à avoir lancé une formation spécifique. Le profil de nos salariés (plus de la moitié entrent dans la profession sans diplôme de formation initiale) explique que, peut-être, nous nous sentons plus concernés que d’autres secteurs ».
 
Formation, certifications : la propreté, une branche innovante dans la lutte contre l’illettrisme
 
En consacrant 10% minimum des fonds de professionnalisation à la lutte contre l’illettrisme (3,5 millions d’euros en 2016), la branche propreté se donne les moyens de ses ambitions et poursuit son engagement.
 
En moins de 5 ans, 2000 certificats de Maîtrise des compétences clés de la propreté (MCCP) ont ainsi été délivrés. Cette formation, centrée sur l’acquisition de savoirs généraux et de savoirs appliqués aux métiers de la propreté, est reconnue par toute la profession et inscrite à l’inventaire des certifications.
 
Des salariés valorisés, des employeurs confiants et engagés
 
Une fois les MCCP acquises, les salariés de la propreté peuvent poursuivre leur formation en s’inscrivant à l’un des 8 Certificats de Qualification Professionnelle mis en place par la branche. Au-delà de la sécurisation des parcours professionnels, les bénéfices retirés s’expriment : la lecture des notices, courriers administratifs et autres papiers personnels rendue possible, les salariés sont plus autonomes dans leur travail.
 
Les employeurs, quant-à-eux, sont engagés et confiants : cette autonomie des salariés, acquise par la formation, améliore la relation client et permet de leur confier la responsabilité de nouveaux chantiers.