Espace presse

Conférence de progrès : la FEP signe des engagements majeurs

Conférence de progrès : la FEP signe des engagements majeurs

La Fédération représentative des entreprises de la Propreté, les partenaires sociaux et les représentants des clients publics et privés, signent des engagements majeurs lors de la Conférence de Progrès du 8 septembre 2021 pour changer la donne dans un secteur trop souvent invisible mais indispensable à tous. Ils alertent l’Etat, les collectivités, les acheteurs sur les conditions d’exercice de ces métiers et appellent à un changement.

Aujourd’hui, à Paris, se tenait la Conférence de Progrès du secteur de la Propreté, qui regroupe plus de 550 000 salariés au sein de 14 000 entreprises. Organisée par la Fédération des Entreprises de Propreté, d’hygiène et des Services Associés (FEP) sous le haut parrainage du gouvernement et en présence de Mme Elisabeth BORNE, Ministre du Travail de l’Emploi et de l’Insertion, cet événement majeur de la branche professionnelle a permis la conclusion d’engagements significatifs pour accroitre la reconnaissance de ses métiers de service et permettre l’amélioration des conditions de travail des salariés du secteur.

En effet, ces métiers, essentiels pour assurer les conditions d’hygiène indispensables à toute activité professionnelle durant la crise sanitaire comme « métiers de la continuité économique et sociale », ne sont cependant pas considérés au niveau de leur utilité sociale. L’achat de prestation de propreté et d’hygiène est souvent jugé au seul prisme du coût, variable financière d’ajustement, sans prise en compte des spécificités sectorielles notamment sociales. Ainsi, les conditions de travail des salariés du secteur (horaires décalés et fractionnés, temps partiel, travail isolé, etc.) sont largement induites par les pratiques d’achats des clients, tant publics que privés qui imposent une organisation du travail atypique. Cette « culture low cost » de l’achat de propreté impacte directement les conditions de travail et plus largement les conditions de vie des salariés. Tout ceci rend difficile les investissements des entreprises, altère leur capacité de recrutement et d’innovation techniques et sociales. Conscientes de cet état de fait, les parties prenantes ont souhaité répondre à l’appel lancé par la FEP, pour s’engager sur des axes d’amélioration sociaux et économiques précis et ambitieux débouchant sur la signature de deux textes fondateurs :

• une déclaration commune signée par la FEP, le SNPRO et les organisations représentatives des salariés majoritaires (CGT et FO). Celle-ci vise à alerter les pouvoirs publics, les clients privés et publics sur les conditions réelles de réalisation des prestations, et demande à réduire les horaires de travail décalés et/ou fractionnés dans les cahiers des charges, à diminuer la pression continue sur les prix et limiter la massification à outrance et restreindre le renouvellement constant et accéléré des marchés. Enfin, la déclaration a pour ambition de faciliter l’accès au logement des salariés en complétant les prestations offres existantes. Cette signature vient, une nouvelle fois, souligner la maturité et la responsabilité du dialogue social de la branche qui permet depuis plusieurs années, d’acter des avancées sociales progressives mais significatives dans un contexte difficile.

• une Charte d’engagements « pour un achat de propreté efficace et responsable » signée entre la FEP et les réseaux d’acheteurs et de clients majeurs que sont le Conseil National des Achats (CNA) et l’ARSEG. Parmi ces engagements on retiendra notamment l’importance pour les marchés publics et privés d’établir une relation équilibrée et de prendre en compte les enjeux RSE sectoriels de la propreté, de favoriser le travail en journée et en continu lorsque cela est possible, de mettre en cohérence la recherche du mieux disant social et sociétal avec les choix en termes de prix et enfin, d’appliquer les recommandations et conseils proposés sur le site achat propreté.

Cette dynamique nationale a vocation à se décliner dans les territoires à travers les réseaux d’acheteurs privés et/ou publics.

A la lumière des engagements forts pris par les parties prenantes du secteur, les métiers de la propreté et de l’hygiène vont enfin pouvoir être connus et reconnus comme utiles et essentiels à tous. Cette Conférence est l’occasion pour tous de s’inscrire dans une dynamique sociale et économique de progrès.