Espace presse

La Propreté signe un accord rénovant les classifications d’emplois de 2002

La Propreté signe un accord rénovant les classifications d’emplois de 2002

Avec la signature de cet accord structurant, la Fédération des Entreprises de Propreté (FEP) démontre son engagement à tenir l’agenda social ambitieux de 2021. La branche rénove ainsi ses classifications et instaure le passage automatique entre des salariés de 1er niveau vers le second dès lors qu’ils ont un an d’expérience professionnelle soit près de 80% des effectifs. Cet accord participe à la revalorisation des métiers de la continuité économique et sociale, dans le contexte de la crise sanitaire.

Rénovation des classifications d’emplois

Au terme d’une négociation approfondie de deux années paritaires, les partenaires sociaux de la branche (FEP, SNPRO et CGT, FO, CFTC) ont signé le 11 mai 2021 l’avenant à l’accord sur les classifications d’emplois de 2002.

Ce texte instaure un passage automatique entre le 1er échelon et le 2nd échelon au bénéfice des salariés ayant un an d’expérience professionnelle dans la branche.

Par ailleurs, l’évolution professionnelle des salariés est facilitée entre le 2ème et le 3ème échelon, avec une priorité des postulants au 3ème échelon lorsqu’ils ont notamment suivi une formation.

L’accord valorise également la candidature des salariés titulaires d’un diplôme, d’un titre ou d’un CQP Propreté, lorsqu’il existe dans l’entreprise un poste vacant correspondant aux compétences acquises. Les critères classants étant actualisés, ces nouvelles grilles de classification améliorent leur lisibilité, leur cohérence et féminisent les intitulés des emplois.

Concernant la grille des emplois repères, en annexe de l’accord les partenaires sociaux prennent l’engagement de poursuivre les discussions dans le cadre d’un groupe technique paritaire qui se tiendra au second semestre 2021 pour approfondir ce sujet en tenant compte notamment des emplois en milieux sensibles.

Pour Denis POLLET, Président de la délégation patronale : « Cet accord rend possible un déroulement de carrière et donne une réelle perspective d’évolution des agents de service avec une meilleure visibilité pour les salariés sur leur parcours professionnel ».

Pour Philippe JOUANNY, Président de la FEP : « Cet accord illustre la force de notre dialogue social de branche pour concrétiser nos engagements en faveur de la revalorisation de nos métiers reconnus essentiels pour la continuité économique et sociale de notre pays. Cet enjeu majeur sera également traité dans le cadre de la Conférence de Progrès du 17 juin, parrainé par le gouvernement avec la présence de la Ministre du Travail. »