Espace presse

La Propreté signe un accord sur la formation, les compétences et l’emploi.

La Propreté signe un accord sur la formation, les compétences et l’emploi.

Après plusieurs séances de négociation, les organisations d’employeurs de la propreté (FEP, SNPRO) et trois organisations syndicales (CGT, FO et CFTC) ont signé le 26 mai 2021 un avenant à la Convention collective nationale (CCN) « Formation, compétences et emploi ».

Par cet accord, la branche professionnelle de la propreté regroupant plus de 14.000 entreprises d’au moins un salarié et près de 560.000 emplois en France se donne les moyens d’atteindre plusieurs objectifs :

mieux qualifier par la formation les salariés et favoriser leur évolution professionnelle en développant notamment l’accès aux Certificat de qualification professionnelle (CQP) et titres à finalité professionnelle (TFP) avec l’objectif de 4.540 candidats aux CQP/TFP par an en 2023.

promouvoir les métiers de la propreté et les services associés et rendre le secteur plus attractif afin de répondre au besoin de recrutement des entreprises. • permettre aux salariés en situation d’illettrisme ou d’analphabétisme d’acquérir un socle de connaissances et de compétences leur permettant de sécuriser leur trajectoire professionnelle notamment par la certification avec l’objectif de 725 candidats par an à la MCCP et CléA contextualisé propreté en 2023,

développer l’insertion et la formation par la voie de l’alternance avec l’objectifs de 5.860 contrats en alternance en 2023 et le renforcement de la formation des tuteurs et des maîtres d’apprentissage.

En outre, cet accord aménage l’entretien professionnel sous réserve des règles d’entreprises. Pour atteindre l’ensemble de ses objectifs et contribuer à la formation des salariés de la propreté et contribuer au développement de la formation professionnelle des salariés de la propreté, La branche réaffirme le maintien de la contribution conventionnelle patronale de 0,5% de la masse salariale brute pour les entreprises de 11 salariés et plus soit environ 25 millions d’euros.

Pour Denis POLLET, Président de la délégation patronale : « Cet accord s’inscrit dans la continuité de celui sur les classifications d’emploi et permet une réelle perspective d’évolution des agents de service avec une meilleure visibilité pour les salariés sur leur parcours professionnel dans notre branche ».

Pour Philippe JOUANNY, Président de la FEP : « Dans la continuité des précédents accords sur l’égalité professionnelle et des classifications d’emplois dans la branche, l’accord sur la formation marque notre volonté de revaloriser durablement nos métiers dits de la « continuité économique et sociale » dans la perspective de la Conférence de Progrès du 17 juin prochain ».